• Schweiz verschandeln? Pour un paysage durable

Un paysage menacé

Nos paysages et nos espaces de loisirs sont en grand danger : ils sont menacés de destruction par des centaines d’éoliennes industrielles. Les crêtes et les hauts plateaux de l’Arc jurassien de Bâle à Vaud, le Canton de Berne, la région alpine, les régions montagneuses du Mittelland et la Suisse orientale sont particulièrement touchés. De grandes zones industrielles doivent être créées dans les régions les plus intactes de Suisse. C’est en travaillant ensemble que nous réussirons à préserver notre espace de vie et de loisirs pour les générations futures. Paysage Libre Suisse s’engage en faveur d’un développement durable et réellement respectueux de l’environnement.

A propos de nous

La fédération Paysage Libre Suisse PLCH et ses membres luttent pour la protection du paysage contre son industrialisation par les installations éoliennes. Nous nous engageons en faveur d’une protection globale du paysage, de la biodiversité et de la santé humaine. Paysage Libre Suisse appelle à une discussion objective et fondée au sein de la société et de la politique sur l’avenir de notre approvisionnement énergétique, sur les problèmes liés au mitage du territoire et lutte pour la garantie de la participation démocratique.

Néfaste et inefficace

Les producteurs d’électricité et les puissants lobbies de l’énergie éolienne subventionnés comme Suisse Eole sont le moteur de la promotion de l’énergie éolienne. Pourtant le potentiel de l’énergie éolienne est disproportionné par rapport aux dommages qu’elle cause au paysage, à la santé des riverains et à la faune. Contrairement à d’autres sources d’énergie flexibles et efficaces comme l’énergie hydraulique, l’énergie éolienne ne peut pas garantir un approvisionnement énergétique sûr et durable. L’énergie éolienne rencontre une résistance partout dans la population.

L’énergie éolienne a la vie dure en Suisse orientale. Le parc éolien de Honegg à Oberegg (Appenzell Rhodes Intérieures, AI) vient de passer à la trappe. Paysage Libre Suisse demande un examen critique rapide des zones industrielles prévues pour des parcs éoliens dans des paysages intacts en Suisse romande également.

(c) Appenzell.ch

Parce que les éoliennes industrielles de 200m de haut sont tout simplement incompatibles avec le paysage préservé de l’Appenzell, la commission compétente du Canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures a retiré le site Honegg-Oberfeld à Oberegg (AI) du plan directeur cantonal. Le projet qui y était prévu avec deux gigantesques éoliennes est donc définitivement abandonné.

Les cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures, de Saint-Gall et de la province autrichienne du Vorarlberg ainsi que 500 autres organisations et personnes privées ont exprimé leur opposition au projet de parc éolien dans le cadre de la procédure de consultation. Le Canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures a notamment appelé à la promotion d’énergies renouvelables alternatives, telles que la biomasse, le photovoltaïque et l’hydroélectricité, moins destructrices pour l’environnement.

La région d’Appenzell, comme la plaine de la Linth, sera ainsi. Paysage Libre Suisse félicite l’association Pro Landschaft AR/AI pour son engagement en faveur du paysage, de la faune et des riverains.

La semaine dernière, le Tribunal cantonal du canton de Vaud a débouté les opposants au parc éolien de Sainte-Croix. Le parc éolien doit être construit dans un paysage jurassien intact et menace les espèces d’oiseaux et de chauves-souris qui vivent et migrent localement. Contrairement à ce qui se passe en Suisse alémanique, l’idée d’exploiter l’énergie éolienne par le biais de gigantesques turbines industrielles en Suisse romande est encore très élevée.

L’impact de la transition énergétique sur l’environnement et le paysage toucherait ainsi en particulier la Suisse romande si l’on ne réalise suffisamment tôt que les avantages des gigantesques éoliennes sont faibles par rapport aux dommages. Les politiciens et les autorités de Suisse occidentale sont invités à promouvoir les énergies renouvelables dans les zones déjà densément bâties et de préserver ainsi les derniers espaces de liberté encore préservés.

Avec l’utilisation du vent et du soleil, le problème du stockage de ces sources intermittentes n’est pas résolu. De petites installations dans des zones déjà dotées d’infrastructures (toits des maisons, etc) sont à tous points de vue préférables à de grandes installations industrielles décentralisées, nécessitant de grosses infrastructures de transport et de stockage.

Le Conseil d’Etat de Glaris est le premier gouvernement cantonal à porter un regard critique sur l’énergie éolienne. Il propose à son Parlement que le plan directeur de 2018 renonce aux éoliennes prévues dans la plaine de la Linth. Sa décision est novatrice pour l’aménagement du territoire et la politique énergétique de la Suisse.

(c) Kanton Glarus Samuel Trümpy

Dans son rapport explicatif, le Conseil d’Etat glaronnais met en avant trois éléments qu’il juge incompatibles avec l’installation d’éoliennes géantes de 200 m de haut :

1. Des éoliennes ne doivent pas être installées dans le périmètre de zones résidentielles.
2. Une installation éolienne est incompatible à long terme avec le développement de zones résidentielles.
3. Les installations éoliennes dans les zones d’habitation sont en contradiction avec les objectifs du plan de développement 2020-2030, par lequel le canton de Glaris vise à attirer de nouveaux résidents et à renforcer la préservation du paysage et l’utilisation durable des espaces de loisirs et de détente.

En d’autres termes, les installations éoliennes ont un effet dissuasif sur les nouveaux habitants et nuisent à l’image du Canton, surtout si elles devaient être érigées à l’entrée du Canton de Glaris.

Le gouvernement glaronnais est le premier exécutif cantonal à déclarer que le recours à l’énergie éolienne produite par des installations géantes de 200 m de haut dans une Suisse densément peuplée entraîne des dommages massifs à l’environnement et à l’attrait d’une région. En conséquence, le plan directeur contient désormais des critères clairs d’exclusion : « Le développement de nouveaux sites éoliens caractérisés par un rapport défavorable entre la production attendue d’énergie et les impacts négatifs sur le paysage et les écosystèmes est à éviter ».

En outre, le gouvernement affirme que la viabilité économique d’un projet éolien doit être démontrée sur la base des résultats empiriques des mesures du vent. Il doit également être démontré qu’il n’y a pas de risque excessif de collision pour les oiseaux et que les valeurs limites pour le bruit et les ombres portées sont respectées.

Paysage Libre Suisse invite les autorités exécutives cantonales à suivre l’exemple du gouvernement du Canton de Glaris et à établir des critères clairs pour prévenir les dommages causés par les installations éoliennes industrielles à l’environnement et à l’attrait d’une région.

En savoir plus: Südostschweiz

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier une mise en garde concrète : les installations éoliennes ne devraient pas émettre un bruit supérieur à 45 décibels pendant la journée. L’OMS recommande aux décideurs de prendre les mesures nécessaires pour réduire la pollution sonore des éoliennes étant donné que leur bruit au-dessus de ce niveau entraîne des effets nocifs pour la santé.

(c) Herbert Aust

LOMS vient de publier ses lignes directrices sur le bruit ambiant en Europe. Le bruit des éoliennes est désormais traité par l’agence mondiale de la santé au même titre que le bruit des routes, des trains, de l’aviation et des loisirs.

L’OMS formule une demande claire : les émissions sonores des éoliennes doivent être limitées à moins de 45 dB pendant la journée. Au-delà de ce niveau, le bruit est nocif pour la santé. En Suisse, la plupart des éoliennes sont prévues en zone agricole, où la valeur limite pour les habitants selon l’Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) est de 60 dB pendant la journée. Par conséquent, les éoliennes en Suisse peuvent être trois fois plus bruyantes (15 dB) que ne le recommande l’OMS. Edictée en 1986, l’OPB est totalement obsolète.

Étant donné que les éoliennes sont des installations industrielles qui fonctionnent dans des zones non industrielles par nature tranquilles, la réglementation actuelle de l’OPB est inadaptée aux éoliennes et ne peut prévenir une pollution sonore excessive ou des dommages pour la santé des riverains.

L’OMS note qu’il existe une lacune dans la recherche scientifique dans ce domaine. En particulier, il manque des études pour évaluer les effets du bruit des éoliennes sur les riverains la nuit. Par conséquent, la valeur limite applicable de nuit devrait être fixée bien en dessous de 45 dB. Des distances minimales beaucoup plus grandes devraient être imposées entre les éoliennes et les riverains.

Les recherches citées par l’OMS sont toujours basées sur la moyenne de la population (P90 = 90% de la population). Les 10% de la population qui sont particulièrement sensibles et pourraient souffrir d’effets sur la santé supérieurs à la moyenne avec une même exposition au bruit ne sont pas pris en compte dans la recommandation de l’OMS et sont donc encore plus affectés par le bruit.

Paysage Libre Suisse demande aux autorités concernées de protéger la population contre les projets de centrales éoliennes et d’adapter immédiatement l’OPB. Dans la période de transition jusqu’à l’adaptation de l’OPB, des mesures de précaution telles que l’abandon des marges de tolérance dans les valeurs de planification doivent être mises en œuvre d’urgence.

 

Avec plus de 13’600 signatures, la pétition pour sauver la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van dépasse toutes les attentes. Elle met clairement en doute la crédibilité des projets éoliens qui y sont prévus et suscite une série de démarches politiques dont la demande de classement de la région du Chasseron à l’inventaire fédéral des paysages (IFP).

(c) Lukas Bieri Pixabay

Paysage Libre Vaud avec Pro Natura Vaud, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage, BirdLife et Paysage Libre Suisse, ont tiré la sonnette d’alarme ce printemps et lancé une pétition demandant de préserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel qu’est la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van, menacée par la construction d’une quarantaine d’éoliennes géantes.

En moins de quatre mois, plus de 13’600 signatures ont été récoltées. Provenant des cantons de Vaud et de Neuchâtel, mais aussi de l’ensemble de l’Arc jurassien et de Suisse alémanique, les signataires expriment leur profonde désapprobation face à ces projets d’industrialisation de paysages exceptionnels.

Au vu du soutien massif apporté à la pétition, les organisations partenaires demandent un abandon pur et simple des trois projets éoliens concernés et la préservation d’un des derniers espaces naturels de l’Arc jurassien.

Les résultats de la consultation relative à la révision de la loi sur la protection de la nature et du paysage (LPN) sont désormais connus. Le verdict est clair : plus de la moitié des participants (55%) rejettent l’affaiblissement de la protection du patrimoine naturel.

 

(c) Pixabay

Pour rappel, la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des Etats a mis en consultation un avant-projet de révision de la LPN visant à affaiblir de manière substantielle la protection de la nature et du paysage. Les résultats sont tombés : plus de la moitié des prises de position s’opposent aux modifications proposées.

La position des cantons est surprenante : seule la moitié d’entre eux soutiennent la révision, alors que le but vise précisément à leur accorder une plus grande marge de manœuvre pour la construction d’infrastructures dans des lieux protégés. Ce résultat montre l’attachement des cantons à la protection de leur paysage, notamment dans le contexte actuel d’urbanisation effrénée.

Paysage Libre Suisse, qui a pris part activement à la consultation, prend acte avec satisfaction des résultats et salue la sagesse des cantons. La Fédération estime que le projet est politiquement mort et demande son abandon immédiat.

Vers les résultats de la consultation: ici

Le gouvernement cantonal d’Appenzell Rhodes-Extérieures (AR) rejette le plan directeur de l’énergie éolienne du canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures (AI) et son projet de parc éolien d’Honegg. Paysage Libre Suisse se réjouit que le gouvernement des Rhodes-Extérieures reconnaisse l’importance de la protection du paysage et invite le canton voisin à se passer des grandes éoliennes industrielles.

Christof Sonderegger, (c) Appenzell.ch

La prise de position du Conseil d’Etat du canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures indique que les zones de la région d’Appenzell où les conditions de vent sont les plus favorables entrent d’une manière générale en conflit avec la protection du paysage. Plus un site est exposé au vent, plus les éoliennes – qui atteignent 200 mètres de haut – sont visibles. Sans compter que même dans les endroits les plus venteux de Suisse orientale, le rendement ne dépasse guère 20%. Les dommages causés au paysage doivent donc être mis en balance avec les avantages de la production d’électricité renouvelable.

Le gouvernement de Rhodes-Extérieures en arrive à la conclusion que les éoliennes prévues dans la commune d’Oberegg AI (Honegg – Oberfeld) entreraient en conflit de façon disproportionnée avec la protection du paysage. Le canton d’AR parvient à cette conclusion après avoir réalisé une pesée d’intérêts transparente au niveau du plan directeur, comme l’a exigé le Tribunal fédéral en 2016 pour le parc éolien du Schwyberg (1C_346/2014).

En vertu de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire, un projet tel qu’un parc éolien doit faire l’objet d’une évaluation complète des intérêts pour pouvoir être inscrit dans le plan directeur. Ce n’est qu’à ce moment-là que le changement d’affectation (zones spéciales éoliennes) et le permis de construire peuvent être demandés. La sécurité juridique est ainsi garantie, car la pesée d’intérêts n’est pas réalisée par un tribunal au terme d’années de litige, mais de manière transparente et dès le début par l’autorité de planification.

Enfin, le gouvernement de Rhodes-Extérieures note à juste titre qu’il existe un potentiel alternatif pour l’utilisation d’énergies renouvelables moins destructrices que l’énergie éolienne, notamment le photovoltaïque et la biomasse, qui ne sont pas suffisamment exploités.

Paysage Libre Suisse attend du canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures qu’il renonce au plan directeur de l’énergie éolienne et, partant, au projet de parc éolien d’Honegg. Le canton voisin a déjà procédé à une pesée exemplaire des intérêts.

Communiqué de presse du Canton d’Appenzell: lien

La coopérative Elektra Birseck EBM a suspendu aujourd’hui le projet de parc éolien de Liesberg BL. Des vents trop faibles et des subventions insuffisantes sont invoquées pour justifier cette décision. EBM concentre désormais ses investissements domestiques dans l’hydraulique et le solaire.

Image: (c) Marc Hatot

La décision d’EBM communiquée ce jour montre clairement que la Suisse n’est pas un pays propice à l’énergie éolienne. Une vitesse de vent de seulement 4,5 m/s à des endroits pourtant exposés de l’Arc jurassien est loin d’être suffisante pour exploiter l’énergie éolienne de manière économique avec de grandes installations industrielles.

L’EBM tablait sur une vitesse moyenne annuelle du vent de 5 m/s, mais les mesures réalisées sur une période de deux ans – et malgré les tempêtes de cet hiver – montrent que les prévisions ont dû être revues à la baisse à raison d’environ 10%.

L’EBM déplore qu’en dépit de l’adoption de la loi sur l’énergie et de l’augmentation significative de la taxe prélevée sur le réseau pour financer la RPC (rétribution à prix coûtant), aucun soutien efficace pour l’utilisation domestique de l’énergie éolienne n’a pu être réalisé. D’abord, la plupart des fonds ont déjà été alloués et sont utilisés pour des projets sur la liste d’attente; ensuite, il n’est pas clair quelle solution de remplacement peut être attendue après l’expiration du système actuel de la RPC en 2022.

Néanmoins, l’EBM a déjà obtenu des succès dans le domaine des énergies renouvelables en investissant dans l’hydraulique et l’énergie solaire, beaucoup plus respectueux de l’environnement. EBM prévoit maintenant de concentrer d’autres activités chez aventron AG. Cette société d’investissement dans l’énergie renouvelable s’engage principalement dans des centrales solaires et hydroélectriques, mais aussi dans des centrales éoliennes en Allemagne, en Norvège, en Italie, en France, et en Espagne.

La décision de l’EBM devrait également inciter d’autres investisseurs à reconsidérer leurs projets en matière d’énergie éolienne en Suisse. Par exemple, le parc éolien de Vechigen, près de la capitale fédérale Berne, n’affiche que des vents faibles de 4,5 m/s en moyenne.

Enfin, l’exemple EBM révèle également que la vitesse minimale de 4,5 m/s prévue dans la conception énergie éolienne de la Confédération est trop faible pour exploiter une installation éolienne industrielle de manière rentable, même avec les subventions massives de la RPC.

communiqué EBM: lien

Un des paysages les plus emblématiques de Suisse est menacé par la construction d’une quarantaine d’éoliennes géantes. Paysage Libre Vaud et plusieurs ONG comme Pro Natura, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage et BirdLife, tirent la sonnette d’alarme et lancent une pétition demandant de préserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel qu’est la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van. La démarche vise à informer l’opinion publique des dangers qui menacent un des derniers espaces préservés du Jura.


Dans la nécessaire pesée d’intérêts qui doit être faite pour tout projet éolien, le paysage et la biodiversité occupent une place de choix. « Les projets entre le Chasseron et le Creux du Van sont à ce titre les pires de Suisse », déclare Jean-Marc Blanc, secrétaire de Paysage Libre Vaud et responsable du projet. Une partie importante de la région est d’ailleurs protégée. Outre leur impact paysager irréparable, ces projets éoliens impliquent la construction de nombreux kilomètres de routes nouvelles. Si on ne fait rien, la région sera complètement industrialisée et défigurée.

S’y ajoute le rôle que jouent ces icônes paysagères sur le tourisme, les activités sportives et le délassement, qui seraient fortement mis à mal. Les plus de 100’000 personnes qui se déplacent chaque année au Creux-du-Van le font pour admirer un paysage préservé et typique, pas pour tomber sur 40 monstres de ferraille dans une zone industrielle », poursuit Jean-Marc Blanc.

En parallèle à la pétition, un concours de photos permet à toute personne, randonneuse, adepte de mountain bike ou de vol à voile d’illustrer cette région unique comme elle la ressent et de gagner un des douze prix mis en jeu.

Le comité qui parraine la pétition est formé de personnalités aux parcours personnels très variés. Michaël Buffat, Philippe Roch, Jean-François, Cavin ou encore Michel Bühler : tous se retrouvent autour d’une conscience commune de la valeur inestimable de nos paysages et de nos milieux naturels pour les générations futures.

Site du projet et pétition en ligne: lien

La Confédération et le lobby éolien l’avaient inauguré en grande pompe en pleine campagne de la stratégie énergétique : le parc éolien du lac de Gries à proximité du col du Nufenen en Valais est un véritable désastre. Une étude très sérieuse de J-Bernard Jeanneret prouve que ce projet va nécessairement perdre beaucoup d’argent. Le kilowattheure devrait être vendu à 48 centimes pour couvrir les coûts de production, soit dix fois la valeur actuelle de marché.

Pour ce physicien Dr. Sc. qui a travaillé au CERN, la débâcle était prévisible. J-B. Jeanneret se demande comment le département de Doris Leuthard et en particulier l’Office fédéral de l’énergie OFEN ont pu s’illusionner au point de manifester un enthousiasme et un soutien sans faille pendant plus de cinq ans.

Le promoteur Swisswinds avait déposé sa demande de construire en 2014 en revendiquant une productivité de 13 à 14 GWh/an. Résultat : les chiffres récemment publiés montrent que moins de 8 GWh ont été produits en 2017. Avec un facteur de charge de 9.5%, ce parc éolien est pour ainsi dire le pire de Suisse.

Les conclusions à en tirer sont nombreuses, allant de la faiblesse des ressources en vent en Suisse au marketing politique trompeur du lobby éolien. Mais surtout, cessons de croire les promoteurs qui avancent des chiffres exagérés pour faire passer leurs projets, chiffres que la réalité finit par contredire une fois le projet construit, donc trop tard.

Etude: lien

Le magazine allemand “Der Spiegel” dévoile dans sa dernière édition le “massacre à la tronçonneuse” perpétré au bénéfice de promoteurs éoliens allemands. Dans plus de 60 cas connus, des inconnus ont abattu des arbres qui abritaient des lieux de reproduction et de nidification, ou ont directement détruit les nids. Les nids se situent tous dans des lieux prévus pour abriter des parcs éoliens. Les experts redoutent qu’il ne s’agisse là que de la pointe de l’iceberg.

Selon la dernière édition du magazine allemande “Der Spiegel”, la destruction systématique de lieux de nidification dans les périmètres de projets éoliens en Allemagne augmente. Les ornithologues de la Fédération allemande de la protection de la nature (NABU) y voient un lien avec la protection légale de la faune ailée. Un projet éolien est bloqué si des lieux de reproduction et de nidification d’espèces protégées y sont observés.

60 cas sont connus à l’heure actuelle à l’échelle du pays, et les auteurs des actes n’ont pas pu être identifiés. Les lieux de reproduction et de nidification de Milans royaux sont tout particulièrement touchés. Certains nids ont été systématiquement détruits en abattant l’arbre qui les abritait. La NABU rapporte qu’une loi du silence de type mafieux règne dans certains Länder.Lire la suite …

Copyright © 2018 Paysage Libre Suisse | Conditions d'utilisation