• Schweiz verschandeln? Pour un paysage durable

Une étude de la Confédération le prouve: les éoliennes constituent un grave problème environnemental

Une étude mandatée par l’office fédéral de l’énergie OFEN – connu pour son soutien sans faille à l’industriel éolienne – le prouve : les éoliennes constituent un grave problème pour la faune ailée. Menée par la Station ornithologique de Sempach au pied des trois éoliennes du Peuchapatte (JU), l’étude a recensé un total médian de 62 victimes par année. Ce sont surtout les petites espèces volant la nuit qui sont touchées. Les chercheurs précisent que cette valeur médiane ne doit pas faire oublier qu’il y a une probabilité de 50% que le nombre de collisions soit dans les faits encore supérieur. Lire la suite …

Des vents contraires toujours plus forts

Les événements des derniers jours livrent une fois de plus un constat clair : la Suisse n’est pas un pays propice à l’énergie éolienne. Des vents insuffisants, une opposition populaire déterminée et un impact désastreux sur l’environnement expliquent l’échec denombreux projets. Tant le Tribunal fédéral que certaines communes et promoteurs éoliens se rendent peu à peu à l’évidence.

Vendredi 11 novembre tombait un verdict déterminant du Tribunal fédéral (TF) : le recours des organisations de protection de la nature et de l’environnement contre le projet de parc éolien du Schwyberg dans le canton de Fribourg est admis. Le TF estime que l’emplacement du Schwyberg est inadéquat et demande de mieux tenir compte des intérêts du paysage, des biotopes et de la protection des espèces. C’est un véritable camouflet que la Cour suprême inflige non seulement au Canton de Fribourg, mais aussi et surtout au Groupe E qui, par sa filiale Greenwatt, mène de nombreux projets similaires ailleurs en Suisse, notamment dans l’arc jurassien.Lire la suite …

Les CKW renoncent au projet éolien de Kirchleerau/Kulmerau

Le projet éolien des Forces motrices de Suisse centrale (CKW) dans la région de Triengen, Kulmerau et Walde, à cheval sur la frontière des cantons d’Argovie et de Lucerne, est abandonné. Comme le signale entre les lignes cette filiale du groupe Axpo dans son communiqué de presse de ce jour, l’opposition de la population locale aura eu raison de ce projet de 4 machines.

En acceptant récemment le principe d’une distance minimale de 700 mètres entre le parc et les habitations, l’assemblée communale a ainsi porté un coup fatal au projet. L’expérience de Kulmerau montre à quel point une résistance bien organisée et intervenant suffisamment tôt dans le processus est efficace!

Toutes nos félicitations à l’association Pro Kulmerauer Allmend, membre de Paysage Libre Suisse, et aux personnes qui se sont engagées sans compter. Reste à espérer que le chemin suivi par Kulmerau avec sagesse et détermination fasse école dans toute la Suisse.

Copyright © 2016 Paysage Libre Suisse