Deux parcs éoliens en moins en Suisse

Après le parc éolien de Murzelen près de la ville de Berne, le site éolien prévu à Muttenz près de la ville de Bâle a également été enterré hier. La Suisse alémanique compte désormais deux parcs éoliens en moins. L’énergie éolienne joue donc un rôle de plus en plus réduit dans la stratégie énergétique 2050.

(c) Paysage Libre Suisse

Dans le village de Murzelen, qui appartient à la commune de Wohlen près de Berne, quatre éoliennes d’une hauteur de 240 mètres étaient prévues. Il y a quelques semaines, le conseil communal a décidé de ne pas soumettre à la conférence régionale une demande d’inclusion dans le plan directeur.

La résistance de la population semble avoir été trop forte après que Paysage Libre Suisse a publié une vidéo 3D du projet de parc éolien sur www.parcs-eoliens.ch. Les quatre turbines prévues auraient été situées directement devant le village de Murzelen et auraient causé des désavantages considérables tant au niveau du paysage, du bruit que de des ombres portées.

Comme le montrent des études réalisées en Allemagne, les propriétés situées à une telle distance des éoliennes prévues perdent environ 7% de leur valeur. Il n’y aura donc pas de parc éolien près de la ville de Berne dans les prochaines années. À l’est de la capitale, le site du parc éolien de Vechigen a également été suspendu il y a quelques années.

Près de la ville de Bâle, un autre site éolien a été victime des réticences justifiées de la population hier : la centrale éolienne de Muttenz. L’assemblée municipale (législatif) a rejeté le projet de construction à 55%. Intermittence du vent, bruit, faible rentabilité : la population s’est montrée très critique lors de l’assemblée. En outre, il serait possible de produire la quantité d’électricité prévue par le développeur du projet en utilisant l’énergie solaire, ce qui ne poserait aucun problème en termes de bruit ou de protection du paysage. L’agglomération bâloise compte suffisamment de toitures pour développer le photovoltaïque sans les nuisances de l’éolien. C’est dans ce sens que s’est exprimée la majorité de l’assemblée municipale.

L’énergie éolienne s’essouffle progressivement de l’autre côté du Röstigraben. La Suisse alémanique compte désormais moins de douze sites où un projet est activement planifié. Plus de 14 parcs éoliens ont été refusés ou suspendus en Suisse au cours des cinq dernières années, dont douze en Suisse alémanique. En Suisse romande, il reste actuellement une quinzaine de sites avec des projets en phase de planification avancée, et deux autres ont été abandonnés au cours des trois dernières années.

Les politiciens doivent en prendre conscience : plus les ambitions éoliennes du gouvernement s’éternisent, plus l’acceptation de cette énergie au sein de la population s’amenuise. L’énergie solaire a un potentiel 50 fois supérieur à celui de l’énergie éolienne, et sept fois supérieur en hiver. Et avec un autre avantage : une large acceptation de la part de la population.

Vous trouvez une vue d’ensemble de l’éolien en Suisse sur le site www.parcs-eoliens.ch.

Même subventionnée, l’énergie éolienne n’est guère rentable en Suisse

La coopérative Elektra Birseck EBM a suspendu aujourd’hui le projet de parc éolien de Liesberg BL. Des vents trop faibles et des subventions insuffisantes sont invoquées pour justifier cette décision. EBM concentre désormais ses investissements domestiques dans l’hydraulique et le solaire.

Image: (c) Marc Hatot

La décision d’EBM communiquée ce jour montre clairement que la Suisse n’est pas un pays propice à l’énergie éolienne. Une vitesse de vent de seulement 4,5 m/s à des endroits pourtant exposés de l’Arc jurassien est loin d’être suffisante pour exploiter l’énergie éolienne de manière économique avec de grandes installations industrielles.

L’EBM tablait sur une vitesse moyenne annuelle du vent de 5 m/s, mais les mesures réalisées sur une période de deux ans – et malgré les tempêtes de cet hiver – montrent que les prévisions ont dû être revues à la baisse à raison d’environ 10%.

L’EBM déplore qu’en dépit de l’adoption de la loi sur l’énergie et de l’augmentation significative de la taxe prélevée sur le réseau pour financer la RPC (rétribution à prix coûtant), aucun soutien efficace pour l’utilisation domestique de l’énergie éolienne n’a pu être réalisé. D’abord, la plupart des fonds ont déjà été alloués et sont utilisés pour des projets sur la liste d’attente; ensuite, il n’est pas clair quelle solution de remplacement peut être attendue après l’expiration du système actuel de la RPC en 2022.

Néanmoins, l’EBM a déjà obtenu des succès dans le domaine des énergies renouvelables en investissant dans l’hydraulique et l’énergie solaire, beaucoup plus respectueux de l’environnement. EBM prévoit maintenant de concentrer d’autres activités chez aventron AG. Cette société d’investissement dans l’énergie renouvelable s’engage principalement dans des centrales solaires et hydroélectriques, mais aussi dans des centrales éoliennes en Allemagne, en Norvège, en Italie, en France, et en Espagne.

La décision de l’EBM devrait également inciter d’autres investisseurs à reconsidérer leurs projets en matière d’énergie éolienne en Suisse. Par exemple, le parc éolien de Vechigen, près de la capitale fédérale Berne, n’affiche que des vents faibles de 4,5 m/s en moyenne.

Enfin, l’exemple EBM révèle également que la vitesse minimale de 4,5 m/s prévue dans la conception énergie éolienne de la Confédération est trop faible pour exploiter une installation éolienne industrielle de manière rentable, même avec les subventions massives de la RPC.

communiqué EBM: lien

Un röstigraben eolien?

L’industrialisation éolienne traduit-t-elle un fossé culturel? Tandis que la commune bâloise de Füllinsdorf dit non à 64% à un projet de parc éolien, les romands acceptent deux projets à Charrat (VS) et à Vallorbe (VD). Au même moment, l’offensive des milieux éoliens bat son plein: 2 parcs sont mis à l’enquête publique à la Montagne de Buttes (NE, 19 éoliennes) et à Ste-Croix (VD, 6 machines).