• Landschaft schützen! Pour un paysage durable

EXCLUSIF : Les photomontages et vidéos du Chasseron et du Creux-du-Van à l’ère des éoliennes

Paysage Libre Suisse met aujourd’hui en ligne une vidéo qui dévoile à quoi ressemblerait l’espace naturel entre le Creux-du-Van et le Chasseron avec les dizaines d’éoliennes réparties dans les 5 centrales qui y sont prévues aussi bien sur Vaud que sur Neuchâtel. Les images sont saisissantes : c’est à une véritable industrialisation de ces lieux symboliques du paysage suisse qu’on assisterait, sans compter la perte irrémédiable de la biodiversité qui fait la particularité de cette région.

Une image que les promoteurs éoliens ne vous montreront jamais : une zone industrielle de quelque 80 éoliennes réparties de part et d’autre de la frontière de Vaud et de Neuchâtel. Le tout conçu sans la moindre coordination intercantonale. Voilà à quoi risque de ressembler la région du Chasseron et du Creux-du-Van dans quelques années. Pour le seul canton de Vaud, c’est une quarantaine de machines qui seraient érigées sur la première crête du Jura, dans les sites éoliens de Provence, Grandevent et Grandsonnaz.

La protection de ces lieux symboliques du Jura vaudois a récemment fait l’objet d’une pétition signée par près de 14’000 personnes. Le parlement vaudois et les communes concernées en ont fait peu de cas, préférant vouer cette région encore à l’état naturel à un destin industriel. On ne peut qualifier autrement le spectacle que la vidéo donne à voir.

Lieux symboliques du Jura, le Creux-du-Van et le Chasseron sont autant de destinations appréciées par les randonneurs et les sportifs venus de loin à la ronde. Il ne fait aucun doute que le spectacle qui leur serait donné rendrait le secteur définitivement sans intérêt. « On se tire une balle dans le pied », estime Jean-Marc Blanc, secrétaire général de Paysage Libre Vaud, pour qui « un formidable outil de travail pour le tourisme doux et durable se transformerait en décharge éolienne ».

L’image n’est pas exagérée : aucun autre endroit en Suisse n’est pressenti pour héberger une telle quantité d’éoliennes au kilomètre carré. « En Suisse alémanique, l’opinion publique est devenue très réticente face à l’éolien et préfère recourir à des énergies renouvelables respectueuses des gens et des animaux, comme le photovoltaïque », explique Elias Meier, Président de la fédération Paysage Libre Suisse.

Avec cette vidéo neutre et objective, Paysage Libre Suisse désire sensibiliser l’opinion publique sur l’ampleur de la menace sur un patrimoine naturel unique, une menace systématiquement passée sous silence par les promoteurs éoliens qui répètent à l’envi que les centrales éoliennes s’intègrent harmonieusement dans le paysage.

La Suisse romande, future décharge éolienne du pays ?

L’énergie éolienne a la vie dure en Suisse orientale. Le parc éolien de Honegg à Oberegg (Appenzell Rhodes Intérieures, AI) vient de passer à la trappe. Paysage Libre Suisse demande un examen critique rapide des zones industrielles prévues pour des parcs éoliens dans des paysages intacts en Suisse romande également.

(c) Appenzell.ch

Parce que les éoliennes industrielles de 200m de haut sont tout simplement incompatibles avec le paysage préservé de l’Appenzell, la commission compétente du Canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures a retiré le site Honegg-Oberfeld à Oberegg (AI) du plan directeur cantonal. Le projet qui y était prévu avec deux gigantesques éoliennes est donc définitivement abandonné.

Les cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures, de Saint-Gall et de la province autrichienne du Vorarlberg ainsi que 500 autres organisations et personnes privées ont exprimé leur opposition au projet de parc éolien dans le cadre de la procédure de consultation. Le Canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures a notamment appelé à la promotion d’énergies renouvelables alternatives, telles que la biomasse, le photovoltaïque et l’hydroélectricité, moins destructrices pour l’environnement.

La région d’Appenzell, comme la plaine de la Linth, sera ainsi. Paysage Libre Suisse félicite l’association Pro Landschaft AR/AI pour son engagement en faveur du paysage, de la faune et des riverains.

La semaine dernière, le Tribunal cantonal du canton de Vaud a débouté les opposants au parc éolien de Sainte-Croix. Le parc éolien doit être construit dans un paysage jurassien intact et menace les espèces d’oiseaux et de chauves-souris qui vivent et migrent localement. Contrairement à ce qui se passe en Suisse alémanique, l’idée d’exploiter l’énergie éolienne par le biais de gigantesques turbines industrielles en Suisse romande est encore très élevée.

L’impact de la transition énergétique sur l’environnement et le paysage toucherait ainsi en particulier la Suisse romande si l’on ne réalise suffisamment tôt que les avantages des gigantesques éoliennes sont faibles par rapport aux dommages. Les politiciens et les autorités de Suisse occidentale sont invités à promouvoir les énergies renouvelables dans les zones déjà densément bâties et de préserver ainsi les derniers espaces de liberté encore préservés.

Avec l’utilisation du vent et du soleil, le problème du stockage de ces sources intermittentes n’est pas résolu. De petites installations dans des zones déjà dotées d’infrastructures (toits des maisons, etc) sont à tous points de vue préférables à de grandes installations industrielles décentralisées, nécessitant de grosses infrastructures de transport et de stockage.

Succès total pour la pétition « Sauvez Chasseron – Creux-du-Van ». L’inscription de la région du Chasseron à l’inventaire fédéral des paysages est demandée.

Avec plus de 13’600 signatures, la pétition pour sauver la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van dépasse toutes les attentes. Elle met clairement en doute la crédibilité des projets éoliens qui y sont prévus et suscite une série de démarches politiques dont la demande de classement de la région du Chasseron à l’inventaire fédéral des paysages (IFP).

(c) Lukas Bieri Pixabay

Paysage Libre Vaud avec Pro Natura Vaud, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage, BirdLife et Paysage Libre Suisse, ont tiré la sonnette d’alarme ce printemps et lancé une pétition demandant de préserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel qu’est la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van, menacée par la construction d’une quarantaine d’éoliennes géantes.

En moins de quatre mois, plus de 13’600 signatures ont été récoltées. Provenant des cantons de Vaud et de Neuchâtel, mais aussi de l’ensemble de l’Arc jurassien et de Suisse alémanique, les signataires expriment leur profonde désapprobation face à ces projets d’industrialisation de paysages exceptionnels.

Au vu du soutien massif apporté à la pétition, les organisations partenaires demandent un abandon pur et simple des trois projets éoliens concernés et la préservation d’un des derniers espaces naturels de l’Arc jurassien.

Sauver le Chasseron et le Creux-du-Van de l’industrialisation éolienne

Un des paysages les plus emblématiques de Suisse est menacé par la construction d’une quarantaine d’éoliennes géantes. Paysage Libre Vaud et plusieurs ONG comme Pro Natura, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage et BirdLife, tirent la sonnette d’alarme et lancent une pétition demandant de préserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel qu’est la région entre le Chasseron et le Creux-du-Van. La démarche vise à informer l’opinion publique des dangers qui menacent un des derniers espaces préservés du Jura.


Dans la nécessaire pesée d’intérêts qui doit être faite pour tout projet éolien, le paysage et la biodiversité occupent une place de choix. « Les projets entre le Chasseron et le Creux du Van sont à ce titre les pires de Suisse », déclare Jean-Marc Blanc, secrétaire de Paysage Libre Vaud et responsable du projet. Une partie importante de la région est d’ailleurs protégée. Outre leur impact paysager irréparable, ces projets éoliens impliquent la construction de nombreux kilomètres de routes nouvelles. Si on ne fait rien, la région sera complètement industrialisée et défigurée.

S’y ajoute le rôle que jouent ces icônes paysagères sur le tourisme, les activités sportives et le délassement, qui seraient fortement mis à mal. Les plus de 100’000 personnes qui se déplacent chaque année au Creux-du-Van le font pour admirer un paysage préservé et typique, pas pour tomber sur 40 monstres de ferraille dans une zone industrielle », poursuit Jean-Marc Blanc.

En parallèle à la pétition, un concours de photos permet à toute personne, randonneuse, adepte de mountain bike ou de vol à voile d’illustrer cette région unique comme elle la ressent et de gagner un des douze prix mis en jeu.

Le comité qui parraine la pétition est formé de personnalités aux parcours personnels très variés. Michaël Buffat, Philippe Roch, Jean-François, Cavin ou encore Michel Bühler : tous se retrouvent autour d’une conscience commune de la valeur inestimable de nos paysages et de nos milieux naturels pour les générations futures.

Site du projet et pétition en ligne: lien

Des vents contraires toujours plus forts

Les événements des derniers jours livrent une fois de plus un constat clair : la Suisse n’est pas un pays propice à l’énergie éolienne. Des vents insuffisants, une opposition populaire déterminée et un impact désastreux sur l’environnement expliquent l’échec denombreux projets. Tant le Tribunal fédéral que certaines communes et promoteurs éoliens se rendent peu à peu à l’évidence.

Vendredi 11 novembre tombait un verdict déterminant du Tribunal fédéral (TF) : le recours des organisations de protection de la nature et de l’environnement contre le projet de parc éolien du Schwyberg dans le canton de Fribourg est admis. Le TF estime que l’emplacement du Schwyberg est inadéquat et demande de mieux tenir compte des intérêts du paysage, des biotopes et de la protection des espèces. C’est un véritable camouflet que la Cour suprême inflige non seulement au Canton de Fribourg, mais aussi et surtout au Groupe E qui, par sa filiale Greenwatt, mène de nombreux projets similaires ailleurs en Suisse, notamment dans l’arc jurassien.Lire la suite …

Le risque sanitaire encore ignoré des éoliennes industrielles

Paysage Libre Vaud publie les résultats de son étude sur les infrasons, un vrai problème de santé publique, selon la fédération, qui demande un moratoire de cinq ans sur la poursuite des projets éoliens du canton. En Suisse, ce phénomène est complètement sous-estimé par la plupart des promoteurs, autorités et même par les médecins.Lire la suite …

Un röstigraben eolien?

L’industrialisation éolienne traduit-t-elle un fossé culturel? Tandis que la commune bâloise de Füllinsdorf dit non à 64% à un projet de parc éolien, les romands acceptent deux projets à Charrat (VS) et à Vallorbe (VD). Au même moment, l’offensive des milieux éoliens bat son plein: 2 parcs sont mis à l’enquête publique à la Montagne de Buttes (NE, 19 éoliennes) et à Ste-Croix (VD, 6 machines).

Copyright © 2018 Paysage Libre Suisse | Conditions d'utilisation